Conseil municipal 26 avril 2010

Publié le 27 Avril 2010

Enquête publique relative à la demande d’autorisation d’exploiter une installation classée émise par la SARL COMPACTAGE CANNOIS : avis défavorable du conseil municipal.

Pierre Desriaux explique : la position que nous prenons pour soutenir un avis défavorable au dossier de régularisation des activités de l’entreprise Compactage Cannois, s’appuie en partie sur les éléments développés dans le rapport mais également sur d’autres considérations.

Nous souhaitons tout d’abord, souligner le mécontentement des riverains qui se plaignent des nuisances autant sonores, olfactives que des pollutions du sol et de la nappe. Nous nous réjouissons que le Maire tienne compte des nuisances que subissent les riverains et nous souhaitons que ce soit de même pour tous les quartiers comme l’environnement de l’éventuelle opération Ikea, déjà évoqué.

Sur le plan paysager, cette installation concours à dégrader la perception visuelle et paysagère de la plaine des Bréguières qui, vue par les usagers de l’Autoroute, donne une mauvaise image à l’entrée de la Côte d’Azur avec un développement de zone d’activité mal contrôlée au milieu d’un écrin de verdure largement mité.

En regard des règles d’urbanisme opposables qui depuis l’annulation du PLU sont celles du POS approuvé le 23 juillet 2001, modifié les 27 juillet 2002 et 27 janvier 2003, l’installation est située dans une zone NC agricole et il apparait clairement que l’opération est incompatible avec les règles d’urbanisme opposables. De la même manière, l’opération n’est pas compatible avec le zonage et le règlement du PLU arrêté. A notre avis la zone des Bréguières devant conserver et développer sa vocation agricole, une installation classée telle que le Compactage Cannois n’y a pas sa place.

Enfin il est facile de préférer voir ailleurs ce que nous ne voulons pas chez nous mais il faut admettre que le traitement des ferrailles est un besoin dans notre société de consommation automobile. L’urgence serait de gérer la recherche de zones d’accueil pour ce type d’activité ; nous pensons que la question doit être portée au niveau des services de l’Etat, du Conseil Général et du Scot Ouest dans le cadre de leurs missions d’aménagement du territoire.

Rapport d’activité des conseils de quartier 2009.

Véronique Ronot explique que sur la question des conseils de quartier nous nous abstiendrons car ceux-ci bien qu'ayant le mérite d'exister ne sont toujours pas suffisamment ouverts, de plus nous aurions souhaité voir s'organiser dans ces réunions de vrais échanges avec la population sur les grands projets de la mairie.

Pierre Desriaux confirme que certaines demandes de participation au conseil de quartier ont été refusées et que les demandeurs en toute bonne volonté n’ont pas apprécié cette décision de rejet. Il demande que la fréquence d’une réunion par an soit augmentée et que les comptes rendus soient rapidement mis en ligne sur le site de la Mairie.

A la suite du conseil Véronique Ronot fait part de son ressenti sur le fonctionnement des conseils de quartier.

« Les conseils de quartier ont au moins le mérite d’exister. Tels qu’ils sont, ils restent malgré tout très limités puisque, pour s’y exprimer il faut avoir été choisi par la mairie. Sinon, il vous faudra vous adresser à une personne de votre quartier dont vous savez qu’il fait partie de ces conseils, et lui faire remonter vos questions, ou envoyer ces dernières directement par le site de la ville. Cela limite quand même le débat, car vous ne serez pas là pour réagir en direct aux réponses qui vous seront  faites. Du coup, cela perd beaucoup de son intérêt.

C’est pour cela que nous aurions aimé que ces conseils soient plus ouverts, au gré des besoins de chacun.

De plus, en dehors des questions pratiques qui préoccupent chacun de nous (voirie, éclairage public etc…), nous aimerions que s’instaure dans les conseils de quartier un véritable échange sur les grands projets de la mairie (centre de vie, médiathèque, pavage du vieux village…) pour que chacun puisse dire ce qu’il en attend. Après tout, ces projets impliquent beaucoup d’argent, il est normal  que vous ayez un droit de regard sur ce qui sera entrepris, et toutes les idées que vous avez doivent être entendues.

C’est cela la vraie démocratie, et ce n’est pas autre chose. »

Rédigé par Mougins autrement

Publié dans #Conseil municipal

Repost 0
Commenter cet article