Saint Martin : fracture ou réconciliation ? (février 2008)

Un candidat à Mougins doit nécessairement s’interroger sur la volonté manifestée par les habitants du quartier St Martin et les associations qui présentent leurs demandes.
Tout d’abord une contradiction d’évidence serait de plaider pour la séparation alors qu’un élu ou un candidat doit d’abord chercher à améliorer ce qui se passe à Mougins ; l’inverse serait admettre l’incapacité de Mougins à régler les problèmes de ce quartier.
Des réalités subjectives :
Il faut tout d’abord dire que la municipalité en place n’a pas pu satisfaire les aspirations des habitants. Le ressenti est que St Martin se sent rejeté par Mougins à plusieurs titres ce qui permet de comprendre certaines réactions.
En premier lieu, le projet de centre commercial Altaréa Ikéa imposé sans consultation et sans prise en considération des conséquences inacceptables pour la vie du quartier et au-delà. Un projet mené du début jusqu’à la fin, sous forme d’un « passage en force » contre les populations et les mairies voisines. Le coup d’arrêt de ce projet ne retire pas définitivement les craintes de voir ressortir une opération similaire.
En deuxième lieu, un quartier délaissé par les équipements mouginois (sport, culture, petite enfance…) et en plus un manque de traitement de la voirie urbaine qui fait apparaître un manque d’égalité avec d’autres secteurs mouginois et aussi un contraste frappant avec la commune voisine si proche. Dans ces conditions se sentir délaissé est une réaction naturelle.
Une réalité objective :
L’autre aspect du problème est une réalité socio géographique de longue date. La proximité du centre ville de Mouans Sartoux et son attractivité qui s’est fortement développée (commerces, culture, sports, gare…) font que de nombreux habitants du quartier St Martin vivent le plus souvent vers ce centre. Au-delà du lien affectif, le lien social et géographique est très marqué.
Quelle méthode ?
Il n’est pas possible d’aborder une échéance électorale sans engagement sur ce problème.
Je rejetterai immédiatement l’argument qui consiste à dire : « Laisser moi faire Ikea et votre quartier sera beau comme un sou neuf ! »
Le moyen incontournable est d’ouvrir un véritable dialogue entre les élus, les décideurs avec la population et leurs associations représentatives. Remettons à plat tous les problèmes et recherchons les solutions acceptables !
Cette phase pourra s’appeler « table ronde » ou « grand débat » à condition qu’elle soit menée en toute indépendance des lobbies et des pressions et avec la volonté d’aboutir dans le sens de l’intérêt des habitants (une méthode de travail toute différente des enquêtes publiques).

Les propositions de la liste de gauche, écologiste et citoyenne :
Les moyens existent pour régler les premières causes du problème :
--  Redonner une autre vocation aux terrains à urbaniser dans la zone St Martin en instaurant de nouvelles règles d’urbanisme révisées à la baisse pour interdire une nouvelle opération du style IKEA.
--  Engager un programme de travaux pour réhabiliter le quartier et le remettre à un niveau de qualité du point de vue de la voirie, des trottoirs et des espaces publics ; prévoir les équipements publics qui y font défaut en accord avec les demandes et les besoins justifiés des habitants.
Pour la deuxième cause (objective) on peut penser que si la première démarche d’amélioration est conduite à la satisfaction de tous, alors la volonté de séparation ne sera plus ressentie comme une fuite devant l’inacceptable.

La question de l’interpénétration socio géographique avec Mouans Sartoux deviendra alors un débat sans haine et une vraie question d’aménagement durable soit avec le rattachement soit avec une coopération intercommunale bien gérée entre les deux communes.
Je reste confiant pour que le bon choix ne nous conduise pas à la fracture.
Le vote de chacun pèsera lourd dans le résultat.
Pierre DESRIAUX 

Repost 0